Comment faire un nantissement de fonds de commerce ?

9

Le nantissement de la société est un contrat par lequel un débiteur met à la disposition d’une personne appelée le créancier une entreprise (qui est un bien meuble incorporel) pour assurer sa dette.

A lire aussi : Comment demander une révision du PLU ?

L’ article 2355 du Code civil dispose que le privilège est un transfert, à titre de garantie d’obligation, de biens meubles incorporels présents ou futurs.

Mais en quoi consiste exactement une promesse du fonds commercial ?

A lire aussi : Quel salaire pour emprunter 175000 euros ?

Il convient de noter que seuls certains actifs peuvent être nantis, à savoir des actifs personnels incorporels tels que des actions ou un fonds d’entreprise. Avant de procéder à la compréhension juridique du gage de la société, il est nécessaire de considérer d’abord ce que l’entreprise est.

La société se compose d’un ensemble d’éléments tangibles, c’est-à-dire du mobilier commercial, de l’équipement ou des outils utilisés pour exploiter le fonds. Il se compose également d’éléments intangibles tels que le client et l’achalandage, les droits de location, les noms commerciaux, les brevets, les licences, les marques, les modèles industriels et les droits de propriété intellectuelle connexes en règle générale.

Le fonds commercial a donc sa propre valeur. Il peut être évalué, attribué ou utilisé comme privilège au prêteur. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en vertu du droit municipal des obligations, le privilège exige le dessaisissement du débiteur, alors que cette disposition est impensable en matière commerciale, d’où le privilège du fonds commercial, qui est une forme de privilège sans désavantage de l’expropriation.

Ici, le marchand conserve ainsi l’usage, la possession, l’administration et l’aliénation du commerce. Néanmoins, il est obligé de son mener des activités de telle sorte que la valeur du fonds ne soit pas réduite.

Autrement dit, le gage de la société est une forme de sûreté qui fournit au créancier une garantie pour le paiement d’une dette. Ainsi, dans le cas où le débiteur n’a pas suffisamment de ressources financières pour régler sa dette, le gage du fonds commercial sera alors utilisé pour payer ses dettes.

Note : Seules les marchandises constituant une société mentionnée ci-dessus peuvent être mises en gage (article L142-2 du code de commerce), c’est-à-dire que les marchandises sont exclues. L’exclusion des marchandises s’explique par le fait que les marchandises sont destinées à la vente et ne peuvent donc constituer une garantie effective pour le créancier.

Un autre point important sur la promesse de l’entreprise est qu’il s’agit du permet au créancier d’accéder à la sûreté du créancier privilégié. Cela signifie que le débiteur peut payer d’abord par tous les autres créanciers. Si le débiteur n’est pas en mesure de payer ses dettes, son droit de priorité sur le prix de vente serait exercé.

La forme la plus courante de garantie est le gage conventionnel. La seconde est une promesse du tribunal. Ces deux questions seront abordées dans les développements futurs.

Prêt à tout découvrir sur la promesse du commerce ? Il est parti !

La promesse de l’entreprise : Les 2 types de garantie

Comme son nom l’indique, le privilège conventionnel découle d’une convention entre le créancier et le débiteur. Ils seront donc tous deux signataires de sont un contrat (voir ici : la différence entre un accord avec un accord et d’autres types de contrats). La promesse judiciaire est le résultat d’une décision de justice.

Privilège classique

Tout d’ abord, la promesse conventionnelle ne peut être effectuée que par le propriétaire du fonds. Le locataire n’a pas ce droit. Si la société appartient à une société, l’enregistrement du bien est soumis à l’approbation préalable de l’assemblée générale (exception : si les statuts en disposent autrement, il convient de se référer aux statuts).

Conformément à l’article L142-3 du code de commerce : « La convention de gage est établie par un acte authentique ou par un acte de seing privé dûment enregistré ».

En d’autres termes, la validité du privilège conventionnel exige un document écrit : soit par un acte authentique, soit par un acte privé.

Le paragraphe 3 de l’article L142-3 du Code de commerce stipule également que le privilège découlant du contrat de gage est déterminé uniquement par le fait que l’inscription dans un registre public est tenue au greffe du tribunal de commerce dans la juridiction duquel le fonds a été signifié.

Cela signifie qu’en plus de la nécessité d’une lettre, le créancier est également soumis à toutes les formalités d’inscription au registre public (registre des privilèges et privilèges) tenu au greffe du tribunal de commerce.

Par conséquent, l’enregistrement doit avoir lieu dans les 30 jours suivant la date de signature de l’acte constitutif sous peine de nullité . Le créancier doit porter l’un des originaux du nantissement et remplir ensuite deux copies de la note d’enregistrement, qui doit contenir certaines informations obligatoires spécifiées à l’article 143-8 du Code de commerce. Cette inscription est valable pour une période de 10 ans, qui peut être renouvelée.

Dans le cas où la revendication n’a pas été prorogée ou dans le cas où la créance a été réglée, l’enregistrement est supprimé. L’annulation peut également être demandée par le débiteur ou par le créancier. Un certificat d’annulation est par la délivrance de la continuation.

Note : Les éléments concernés de la société doivent être spécifiés dans le contrat de nantissement du fonds de négociation. Dans le cas contraire, le nantissement du fonds de négociation ne comprend que le signe et le nom commercial, le droit de location, les clients et l’achalandage (article L142-2, paragraphe 3).

Dans le cadre de procédures collectives ou de réorganisation, un privilège conventionnel n’est plus possible. L’autorisation du commissaire doit être préalable. Dans ce cas, nous parlons de promesse judiciaire.

Gantissement judiciaire

Le privilège judiciaire est régi par les dispositions relatives aux procédures civiles d’exécution. Aux termes de l’article 511- 1 du Code de procédure civile, lorsque le créancier justifie une circonstance susceptible de menacer le recouvrement de sa dette, et si sa créance semble justifiée en principe, il peut demander au tribunal l’autorisation de mettre en gage contre une société.

Cette demande doit être adressée au juge d’exécution ou au président du tribunal de commerce. Ainsi, la promesse de l’entreprise est possible même sans la volonté du débiteur.

Dès qu’il y a une ordonnance du tribunal donnant son consentement au gage de la société, un enregistrement préliminaire de gage sera effectué par le créancier. Cet enregistrement provisoire n’est valable que pour 3 ans et peut être renouvelé une fois. Une fois inscrit, les biens de la société doivent être signifiés au débiteur par un acte d’huissier de justice.

Le créancier peut alors confirmer le gage au moyen d’un enregistrement définitif afin de lui accorder tous les droits relatifs au nantissement de la société.

Voir aussi : Le régime juridique du transfert des créances. Un sujet très intéressant en plus de cet article.

Droit du créancier chirographaire

La promesse de l’entreprise a deux conséquences pour le droit du créancier. Le premier est, comme nous l’avons déjà dit, le droit de préférence sur les autres créanciers et le second, le droit au repos. Il y a deux autres conséquences de l’exécution et du privilège, que nous mentionnerons également.

Droit de préférence

Ce droit permet au créancier bénéficiant du créancier privilégié de payer pour tous les autres créanciers, tels que les créanciers, par exemple les créanciers chirographaires (un créancier chirographaire est un créancier sans garantie spéciale). Ainsi, dans le cas où la vente de la société est effectuée, elle peut être payée avec priorité par le prix de vente du fonds.

Droit de continuation

Cela signifie que le créancier conserve son intérêt dans le bien en main, même s’il s’agit d’un bien immobilier vendu.

Droit de réalisation

Le créancier a le droit de vendre le gage pour le paiement de sa créance. La vente doit nécessairement se faire au moyen d’une vente aux enchères au tribunal de commerce. Le délai est d’au moins huit jours après l’envoi de la dernière citation au créancier.

Droit de rétention

Le créancier peut conserver l’actif jusqu’au paiement effectif de la dette. Dans le cas où le gage de la société est réalisé et que plusieurs créanciers sont inscrits sur une société, leur rang est déterminé après la date d’inscription au registre. Les créanciers inscrits le même jour se font concurrence entre eux.

En passant, découvrez aussi : Quelle est la résolution du contrat ? Nous vous fournissons sur cet avis toutes les explications des termes et concepts relatifs à la résiliation du contrat. Lisez bien 🙂

vous pourriez aussi aimer