Diagnostics immobiliers : qu’y relève-t-on ?

Pour céder ou mettre en location un bien immobilier, il est important pour tout propriétaire de fournir le Dossier de Diagnostics Techniques (DDT) au client (acquéreur ou bailleur). De ce rapport ressortent de nombreux renseignements qui peuvent impacter, négativement ou positivement, la transaction immobilière. Nous vous apportons plus d’informations sur les divers types de diagnostics immobiliers et leurs impacts pour le propriétaire et le nouvel acquéreur.

Les différents types de diagnostics

Comme on peut le voir sur ce site, il existe différents diagnostics à effectuer dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. Ceux-ci permettent de déterminer l’état d’un logement et de mieux estimer sa valeur sur le marché. Les diagnostics doivent être réalisés par des professionnels compétents et agréés ou des diagnostiqueurs certifiés.

A lire aussi : Pourquoi et comment devenir un agent immobilier

Toutefois, il faut souligner que tous les diagnostics ne sont pas obligatoires, selon qu’il s’agit de la vente d’une maison et d’un logement en copropriété. Dans le cadre de la vente d’une maison, le dossier fourni par le vendeur doit contenir les diagnostics suivants :

  • diagnostic amiante,
  • diagnostic assainissement non collectif,
  • diagnostic électricité si l’installation a plus de 15 ans,
  • état des risques et pollutions (miniers, naturels, sismiques, technologiques, radon…),
  • diagnostic gaz si l’installation a plus de 15 ans,
  • diagnostic bruit,
  • diagnostic plomb (constat de risque d’exposition au plomb ou Crep),
  • diagnostic termites,
  • diagnostic mérule,
  • diagnostic de performance énergétique.

Dans le cas de la vente d’un logement en copropriété, les diagnostics à réaliser sont identiques à ceux demandés pour la vente d’une maison. À ces derniers, il faudra aussi ajouter le diagnostic technique de l’immeuble en copropriété ainsi que le diagnostic loi Carrez.

A lire en complément : Faut-il un permis de construire pour un abri voiture ouvert

Quel impact pour le propriétaire et le nouvel acquéreur ?

L’évaluation de l’état d’un bien avant une vente est d’abord une obligation pour tout propriétaire. D’un autre côté, il faut souligner que toute annonce immobilière doit contenir des informations essentielles telles que : la performance énergétique (DPE) du bien en vente et son mesurage de surface (Loi Carrez).

Outre l’aspect réglementaire, le diagnostic immobilier permet au propriétaire de disposer de toutes les informations concernant l’état de son bien et de les transmettre avant la vente. D’autre part, cela lui permet de mieux estimer la valeur de son bien immobilier pour pouvoir fixer un prix juste. Dans la mesure où les résultats des différents diagnostics sont positifs, cela signifie que le bien répond aux normes en vigueur. Le propriétaire pourra utiliser le DDT comme argument de vente pour augmenter le prix de cession de son bien.

Diagnostics immobiliers quelles conséquences

Du côté du nouvel acquéreur, le diagnostic immobilier est un gage de sécurité. En effet, les diagnostics immobiliers répondent à de nombreuses études portant sur l’état général du bien. Ils renseignent aussi sur la présence de certaines substances (comme le plomb, l’amiante…) pouvant être nocives pour la santé et de certains agents parasites (comme les termites) pouvant affecter la solidité des fondations de l’habitation.

Grâce au DDT, le client pourra donc s’assurer d’acquérir un bien qui ne présente aucun risque pour lui ou pour sa famille. S’il le souhaite, il peut même choisir de demander une nouvelle évaluation. Selon les résultats des différents diagnostics immobiliers, le nouvel acquéreur pourra également utiliser le DDT pour mieux négocier le prix du bien.

Le compte-rendu permet l’amélioration de l’habitation

Après la réalisation des diagnostics immobiliers, le diagnostiqueur présente un compte-rendu au propriétaire. Celui-ci met en évidence les forces et aussi les faiblesses du bien immobilier. Le propriétaire peut par exemple se rendre compte que sa maison a une mauvaise isolation, qu’elle consomme trop d’énergie ou encore que certains équipements ou installations sont trop usés.

Ainsi, il saura les différents travaux de réfection ou de réparation à réaliser pour améliorer l’état et la performance énergétique de son bien. Pour l’exécution des tâches, nous vous conseillons de faire appel à des artisans certifiés RGE pour pouvoir bénéficier des aides de l’État.

vous pourriez aussi aimer