Les principaux obstacles à la location d’un appartement pendant le chômage ?

Il est très difficile pour un propriétaire d’accorder sa confiance à un chômeur en raison de sa situation ou d’une rentrée d’argent instable. En effet, la location d’un appartement pendant le chômage s’accompagne d’une multiplicité d’obstacles que certains propriétaires ou locataires doivent affronter. Pour tout savoir sur ces obstacles, suivez cet article.

Quelles sont les difficultés de louer un appartement pendant le chômage ?

Les difficultés d’accès au logement peuvent constituer un obstacle pour les chômeurs qui sont obligés de changer de région ou de ville à tout moment. Aussi, le prix du logement peut constituer un frein pour les jeunes chômeurs, vu qu’ils sont de plus en plus dépendants de leurs parents. Alors que le marché du travail nécessite flexibilité et rapidité d’adaptation, celui de l’immobilier reste très solide. Du coup, une fois que le bailleur a de locataire, ce dernier peut lui aussi être confronté à des obstacles courants. Les reproches concernant les locataires de la part de la police locale, des voisins ou de la mairie font aussi partie des nombreux freins auxquels le propriétaire peut être confronté.

A lire aussi : Comment créer un accord de sous-location réussi

De plus, les dégâts, qu’il s’agisse d’un accident ponctuel ou d’une imprudence de la part des locataires, sont aussi un autre obstacle auquel le propriétaire peut être confronté. Le retard ou le non-paiement du loyer constitue également un autre obstacle pour les bailleurs qui trouvent des locataires qui sont au chômage.

Comment louer un appartement en étant au chômage ?

Aujourd’hui, il existe plusieurs solutions qui permettent de louer un logement même en étant chômeur. Cela permet au locataire et au propriétaire de bien cohabiter. Voici ci-après quelques-unes de ces solutions :

A voir aussi : Quelle surface avec 25 kg colle carrelage ?

S’appuyer sur un garant

Pour persuader le propriétaire afin qu’il loue son bien, il est nécessaire de le rassurer au mieux. Ainsi, le soutien d’un ou de plusieurs garants permet à mettre le bailleur en confiance. Pour les étudiants qui sont encore à la recherche de travail, mais qui doivent louer un logement en urgence, les tuteurs, les parents et autres peuvent se présenter comme garants. Cependant, ces derniers doivent au moins percevoir des revenus bien élevés. Les garants ont donc pour fonction de couvrir les loyers impayés lorsque le locataire engagé n’arrive pas à payer les mensualités.

Quelles sont les différents métiers de l’immobilier

Se tourner vers une caution bancaire

La caution bancaire est aussi une solution bien rassurante pour le bailleur. Elle est notamment réservée aux personnes qui possèdent un revenu à côté, mais dont les demandes de location sont rejetées à cause d’une épargne trop faible, ou de l’absence d’emploi. Ainsi, la caution bancaire a pour rôle d’amener la banque à rembourser toutes les mensualités non honorées par le locataire. En revanche, ce dernier devra cautionner une certaine somme sur un compte rémunéré. Le montant correspond à 1 an à 3 ans de loyers, et à la fin du contrat de bail, le bailleur pourra ainsi percevoir la totalité de la somme mise de côté.

Faire appel aux aides au logement

Les personnes au chômage, en CDD, en intérim ou autres en situation précaire n’arrivent pas à trouver un appartement à louer. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la GRL (garantie risques locatifs) a été créée. En effet, il s’agit d’un appui financier octroyé sous forme d’un crédit sans intérêt. C’est aussi une demande d’aide accessible aux jeunes en dessous de 30 ans et à la recherche d’un travail. Par ailleurs, la GRL est totalement gratuite et peut couvrir jusqu’à 9 mois de loyers.

Louer un appartement : assurance obligatoire ?

Louer un appartement même pendant une période de chômage reste accessible. Une fois l’appartement acquis, le locataire doit le compléter avec un outil incontournable : l’assurance habitation. Pour tous ceux qui sont en difficulté à trouver du travail et ayant des revenus faibles, l’assurance habitation est un coût supplémentaire. Elle est nécessaire pour financer les dommages éventuels qui surviennent dans l’appartement. Même si le bailleur possède lui-même une assurance logement, le locataire doit aussi en avoir.

En résumé, il existe plusieurs obstacles à la location d’un logement pendant le chômage. Toutefois, il existe des solutions qui peuvent jouer à la faveur du locataire. L’éligibilité à la caution bancaire, l’accès au GRL ou le soutien des garants permettent au propriétaire d’être en sécurité. Ils sont donc de véritables armes pour la constitution d’un dossier de location.

vous pourriez aussi aimer